| |

La récolte du houblon

Après 6 mois d’attente, on y est, c’est enfin l’heure de la récolte du houblon !

C’est en mars dernier (eh oui déjà) que nous avons mis en terre nos rhizomes. Pour résumer en quelques mots : nous en avons planté un de la variété Cascade dans un grand conteneur plastique et 4 autres variétés (Prima Donna, Santiam, Mittlefrüh et Galena) en pleine terre. Pour plus de détails : Installation de la houblonnière.

À travers l’article d’aujourd’hui, nous souhaitons te faire partager notre première expérience de cette culture de houblon, revenir sur le développement des plants et comment nous avons procédé pour la récolte et le séchage.

Entretien et développement de plants de houblon

Au risque de gâcher le suspens, seul le Cascade s’est bien développé et a produit des cônes, en plus grande quantité que ce à quoi nous nous attendions et c’est une bonne chose !
Malheureusement, les 4 plants en pleine terre se sont très peu développés et n’ont produit que quelques cônes, une quarantaine au total. Parfois, il arrive de ne rien récolter la première année car le rhizome doit reconstruire son système racinaire, mais il est fort probable que nous n’ayons pas suffisamment préparé la terre avant de les planter. Ce sera notre objectif pour l’année prochaine, leur offrir une terre plus riche, moins argileuse et moins compacte.

Pour la suite nous allons donc nous concentrer sur le pied de Cascade. Lui, en revanche, s’est très bien développé, il a atteint rapidement sa taille max pour la saison (environ 6-7 mètres) pour ensuite fleurir. Le pot était donc assez grand (110 litres) pour qu’il puisse se développer correctement.
Le seul problème que nous avons eu est un jaunissement des feuilles au début de l’été qui est vite passé après l’ajout d’un engrais naturel bio. La terre n’était pas assez riche (du 100% terreau) et s’est appauvrie rapidement lors de la croissance du rhizome. Pour la prochaine saison nous améliorerons ce point en rendant la terre plus fertile avec différentes couches de matières organiques (bois mort, déchets verts, feuilles mortes, etc…).

Lors de la période chaude, cet été, nous avons arrosé abondamment tous les jours, le drainage du pot était suffisant (trous + billes d’argile).

La récolte

Le plus dur dans la récolte, c’est de savoir quel est le meilleur moment pour la faire. Il ne faut pas que les cônes soient trop jeunes ni trop vieux au risque de perdre en qualité aromatique.

Voici quelques conseils que nous avons pu lire à ce sujet :

  • À la vue : la lupuline, une poudre jaune volatile (contenant les acides Alpha et Bêta) qui se développe au centre du cône est un très bon indicateur. Elle doit être présente une fois le cône mature. Les cônes doivent également être (plus ou moins) uniformes entre eux.
  • Au touché : les cônes de houblon doivent avoir une texture et un aspect de papier, de feuilles séchées.
  • À l’odeur : les cônes ne doivent pas sentir une odeur trop verte de gazon, d’herbe ou de foin, mais plutôt une odeur similaire à celle qu’on connaît du houblon. Le cône peut être écrasé entre les paumes de la main pour mieux le sentir.

Une fois ces critères évalués, nous avons procédé à la récolte des cônes. Ce fut lors de la première semaine de septembre, la date peut bien entendu varier selon le climat et la variété du houblon. Nous avons coupé les lianes à quelques centimètres de la terre et nous les avons posées sur une table afin de cueillir les fleurs de houblon dans un moment convivial, tout en dégustant une bière maison.
L’idéal est de faire cela en fin d’après-midi, après une journée sèche et d’éviter la pluie pour que les cônes soient les moins humides possible.

La récolte fut bonne, bien plus que ce à quoi nous nous attendions, avec un résultat de 490 grammes de cônes frais pour un pied de Cascade. Ce n’est que la première année du rhizome, l’année prochaine ce sera donc le record à battre !

Le séchage

Une fois la récolte terminée, deux choix sont possibles : soit garder les cônes frais en vue de brasser une bière dans les quelques heures, voir les quelques jours qui suivent, soit les faire sécher, les mettre sous vide si possible et ensuite les congeler pour les conserver au mieux.
Les Harvest Ale, les bières de récolte, désignent des bières brassées avec des produits frais provenant d’une récente récolte. Ce terme est couramment utilisé pour des bières faites avec des cônes de houblon frais. Harvest Ale n’est cependant pas un style de bière officiel et reste donc très large dans son interprétation.

Nous avons décidé de sécher le houblon afin de ne pas être pressés par le temps pour brasser notre bière de récolte (une certaine Harvest Brown Ale).

Pour les méthodes de séchage, il en existe plusieurs et ce sont souvent des installations faites maison par les houblonniers amateurs. La plus courante est le séchoir, avec un ou plusieurs étages, fabriqué avec des moustiquaires fixées à un cadre en bois où l’on place en dessous un ventilateur.

Par manque de préparation, nous avons opté pour la méthode du four à environ 40°C en chaleur tournante avec la porte ouverte. Pas d’équipement particulier n’est requis, en revanche cela prend du temps. Il nous aura fallu 3 fournées de 6 heures chacune, soit un temps considérable pour une quantité relativement petite.
Si l’année prochaine nous augmentons la production, la construction d’un séchoir sera à envisager et plus adaptée.

Il est également possible d’utiliser un déshydrateur, facilement trouvable dans le commerce, cependant les prix sont assez élevés par rapport à leur capacité d’accueil.

Quelle que soit la méthode utilisée, il est conseillé de limiter au maximum l’exposition des cônes au soleil et de ne pas dépasser une température de séchage de 60°C.

Le poids final de cônes séchés que nous avons obtenu est de 160 grammes, soit 33% du poids de départ. Le séchage peut être considéré comme terminé lorsque la tige intérieure se brise facilement.

Conclusion

Pour conclure, cette première expérience de houblonnière maison fut très intéressante, elle nous a permis de découvrir ce loisir et nous a donné envie de planter pleins d’autres variétés !

La variété Cascade est très vivace, elle n’est pas exigeante et pousse vite. C’est sans doute un très bon choix pour les houblonniers novices.

Malgré le fait que l’objectif soit à moitié atteint, car seulement un plant a donné un bon résultat, nous avons suffisamment pour nous faire le plaisir de brasser une bière avec. À ce sujet, une Brown Ale aux légères saveurs torréfiées est en cours de conception. Très bientôt, nous nous ferons une joie de la brasser, de te partager la recette et de faire un retour de dégustation !

Sources
  • L’année prochaine, il faut que je m’y colle !

  • Oh la chance ! Vous avez eu une belle récolte 😮

    Sur mon terrain en pente, le sol garde tellement pas l’eau que mes houblons sont rachitiques … vas falloir investir dans un goutte-à-goutte !

    Allez, l’année prochaine je fais 100g par plant (espoir …) et en attendant, c’est parti pour la chasse aux houblons sauvages 😉

Little Bock

Notre application web pour brasseurs amateurs

Facebook