| |

Installation de la houblonnière

En ce début d’année nous nous sommes attelés à une nouvelle discipline : la culture du houblonNous avons décidé d’installer une petite houblonnière dans notre jardin afin de nous fournir en houblon. Pas de quoi subvenir à nos besoins annuels, malheureusement, mais de quoi, nous l’espérons, faire quelques bières avec.
C’est ça aussi “brasser sa bière”, ce n’est pas simplement faire infuser des grains dans de l’eau chaude mais plutôt un mélange de disciplines à découvrir pour ensuite arriver à un résultat dont on est fiers et où l’on pourra se dire “c’est moi qui l’ai faite !”. Si en plus on peut utiliser des ingrédients du jardin, c’est encore mieux.
Mais avant de faire des plans sur la comète, il faut d’abord qu’ils poussent ces houblons et qu’ils produisent suffisamment de cônes pour se faire quelques brassins, chose qui n’est pas encore gagnée…

Dans cette nouvelle catégorie, “Culture du houblon”, nous souhaitons te faire partager notre nouvelle expérience autour de ce loisir. Notre objectif est de récolter suffisamment de cônes par pied pour pouvoir brasser une bière, en single hop, de chaque variété choisie et en faire la dégustation.
Nous parlerons également de toutes les étapes par lesquelles nous passerons : achats, installation, plantation, entretien, récolte, séchage et brassage !
Bien entendu, nous ne sommes que des amateurs, qui faisons cela sans se prendre la tête. Il est possible que nous fassions certaines choses en dehors des règles de l’art, mais cela fait partie de la découverte et de l’apprentissage.

N’hésite surtout pas à nous faire part de ton expérience ou de tes interrogations dans les commentaires.

Nous nous sommes principalement aidé du guide du houblonnier amateur créé par Houblon de France. Tu pourras retrouver plusieurs sources à la fin de l’article.

Le choix des variétés

Avant de rentrer plus dans le vif du sujet, voyons brièvement ce qu’est le houblon. Le houblon est une plante grimpante de la famille des Cannabaceae qui forme des lianes pouvant atteindre une dizaine de mètres, voir plus selon les variétés. Nous utilisons les cônes, produits par le plant femelle, en infusion lors de la fabrication de la bière. Le houblon a besoin de beaucoup de soleil et d’eau pour se développer et sa culture commence autour du mois de mars pour se terminer en septembre. La production de cônes pour la première année est encore un mystère pour nous (nous allons le découvrir), cela doit dépendre de l’installation. Une chose qui est sûre, il faut attendre entre 2 et 3 ans pour que le plant atteigne sa production maximale.

La première chose à faire est de choisir les variétés qu’on souhaite faire pousser et le nombre de plants. C’est une étape agréable car on peut se projeter sur les styles de bières qu’on va pouvoir brasser, mais qui est également difficile car il va falloir faire des choix et se résigner à ne pas tout acheter !

La forme la plus courante est le rhizome, il peut se transporter facilement (pratique pour se le faire envoyer), on est sûr que c’est un plant femelle et il n’est pas difficile à faire pousser.
Cependant, il est tout à fait possible de démarrer avec des graines, ou des plants ayant déjà un système racinaire.

Quelles variétés choisir ?

Bien-sûr, cela va dépendre des goûts, des envies de chacun et surtout des styles de bières qu’on aime brasser. De manière générale, il est préférable d’utiliser les houblons sauvages (ou apprivoisés, venant de notre culture) en tant qu’aromatique car il est plus difficile de prévoir ou de constater le pouvoir amérisant de ce dernier. Si on a la main un peu trop lourde, il vaut mieux avoir une bière trop aromatique que trop amère. Les variétés aromatiques ou à double emploi sont donc à privilégier.
Ensuite, il faudra choisir le profil qui nous intéresse le plus : fruité, floral, épicé, etc…

Malheureusement toutes les variétés ne sont pas disponibles à la vente, certaines sont propriétaires et ne peuvent être cultivées en amateur. Ce qui est le cas de bons nombres de houblons populaires tels que l’Amarillo, le Citra, le Mosaic, le Simcoe, etc…

Pour notre part nous avons choisi 5 variétés différentes :

  • Un rhizome de Cascade. Plus besoin de le présenter, ce houblon américain floral peut être utilisé pour plusieurs styles de bières, notamment les IPA.
  • Un rhizome de Prima Donna. Une variété naine (<5 m) à double emploi, originaire d’Angleterre avec des arômes floraux, fruités et agrumes.
  • Un rhizome de Santiam. Une variété aromatique américaine avec des arômes épicés (poivre noir) et floraux.
  • Un rhizome de Mittlefrüh. Une variété noble, aromatique, d’origine allemande et très connue, avec des arômes épicés.
  • Un rhizome de Galena. Une variété amérisante, originaire des États-Unis avec des arômes de fruits jaunes et herbacés. Selon la production nous aimerions l’utiliser en amérisant mais aussi en dry-hopping pour découvrir tous ses arômes.

Nous avons passé commande chez Willingham Nurseries pour le Cascade au mois de février et chez Houblon de France au mois de mars pour le reste des rhizomes.

L’équipement

Nous avons choisi, et c’était plus pratique pour l’organisation du terrain, de diviser en deux la culture : un plant (le Cascade) en pot dans notre cour de maison et les autres en pleine terre dans un jardin de la famille.

Pour l’installation de notre petite houblonnière nous avons donc prévu l’équipement suivant :

  • Un grand conteneur plastique de 110 L, soit environ 65 cm de diamètre et 50 cm de hauteur. Cela devrait être suffisant pour un plant. Si besoin, nous rajouterons cet été de l’engrais naturel pour ré-enrichir la terre. À ce sujet, si tu ne possèdes qu’un balcon, il est tout à fait possible d’y cultiver du houblon à condition de prévoir un peu d’aménagement.
  • 5 conteneurs plastiques de 10 L pour accueillir les rhizomes dans un premier temps et les aider à développer leur système racinaire.
  • Des billes d’argile pour mettre au fond du grand conteneur et des petits pots afin de drainer correctement l’eau.
  • Du terreau universel pour remplir le conteneur de 110 L et les autres pots de transition. Nous avons choisi de faire 100% terreau et de ne pas couper avec une autre terre. N’étant pas des experts dans ce domaine, nous avons préféré faire simple.
  • Une bobine de ficelle, nous avons utilisé du sisal mais tout autre matière peut convenir (chanvre, coco, etc…) du moment où la liane du houblon pourra s’y accrocher.
  • 6 tuteurs en bambou pour maintenir les ficelles.
  • Des petites étiquettes pour afficher leur nom et pour éviter de les confondre.
  • Un peu de paille pour couvrir le sol au pied des plants.

L’installation

Il existe plusieurs solutions possibles pour faire grimper les lianes du houblon. L’idéal est de l’étirer le plus possible en hauteur afin d’éviter l’effet buisson, car moins productif et bonjour le sac de noeuds au moment de la récolte !

Pour le houblon en pot, nous avons placé un tuteur d’environ 1 m 50 hors sol pour surélever les 3 ficelles qui partent du pot, pour arriver au premier étage de la maison en traçant une diagonale. Ainsi les lianes auront environ 7 m pour se développer.

La seconde installation est plus compliquée car il n’y a pas de structure existante pour y accrocher les ficelles. Nous avons donc planté cinq grandes cannes de bambou d’environ 3 m 50 de hauteur afin d’y accrocher les ficelles en plusieurs diagonales pour gagner de la longueur.
Quand on manque de hauteur (ce qui est souvent le cas) tracer plusieurs diagonales est la meilleure des choses à faire.
À savoir que plus les ficelles seront à l’horizontale, plus il sera difficile de maintenir les lianes sur celles-ci, car elles auront tendance à vouloir gagner de la hauteur rapidement.
Concernant la solidité de notre structure en bambou, nous attendrons de voir, puis si ça ne résiste pas longtemps nous installerons des poteaux en bois plus solides.

Les premières pousses et la plantation

À la réception des rhizomes nous les avons directement placés dans les pots de 10 L afin qu’ils puissent développer leurs racines. Selon les rhizomes, les premières pousses sont apparues entre une semaine et demie et trois semaines. Par contre, une fois sorties de terre, les tiges poussent à une vitesse folle.

Les rhizomes peuvent être mis en pot au mois de février-mars pour être ensuite plantés courant avril dans leur zone définitive (soit un grand conteneur, soir en pleine terre).
D’après les sources que nous avons pu trouver, il est possible de planter le rhizome à l’horizontale ou à la verticale, cela n’aurait pas d’incidence. Nous avons choisi de les mettre à l’horizontale à une dizaine de centimètres de profondeur.

Pour une plantation en pot, il est important de placer de quoi drainer l’eau au fond pour éviter que celle-ci ne stagne, avec des cailloux ou des billes d’argile par exemple. Le sol, quelle que soit la zone de plantation, peut être paillé afin de garder une certaine humidité et éviter que l’eau ne s’évapore trop rapidement. Pour le paillage, nous avons utilisé de la paille, mais il est possible d’utiliser aussi du foin, des copeaux, des coques de cacao, etc…

Le houblon aura besoin d’une bonne exposition au soleil et d’eau pour se développer. Pour celui en pot, il sera en plein soleil le matin et en début d’après midi, et à l’ombre le reste de la journée. Pour ceux en pleine terre, ils seront toute la journée en plein soleil.
Concernant l’arrosage, il est conseillé de vérifier tous les soirs l’humidité de la terre et de bien arroser si celle-ci est sèche. Il vaut mieux arroser une bonne fois, plutôt qu’un peu régulièrement.
Une fois les premières pousses de houblon sorties, plusieurs autres peuvent apparaître rapidement. Il faudra alors les couper et ne garder que les plus grandes. Pour le plant en pot nous avons gardé 3 lianes et pour ceux en pleine terre seulement deux (car plus pratique avec notre installation).

Pour multiplier les plants et obtenir plusieurs rhizomes de la même espèce pour l’année prochaine, il est possible de bouturer les pousses coupées ou d’effectuer un marcottage. Le marcottage consiste à re-passer dans la terre une tige qui est déjà sortie. C’est ce que nous avons fait avec le Cascade. À voir si nous arriverons à obtenir un second rhizome.
Pour le faire nous avons sélectionné une liane d’environ 60 cm que nous avons ré-enterré à 10 cm de profondeur, pour laisser dépasser le bout de 10 cm. La partie sous terre doit être effeuillée.

Voilà ce que nous avons fait pour le moment. L’étape d’installation de la houblonnière terminée, il ne reste plus qu’à arroser régulièrement, vérifier que les lianes s’accrochent bien aux ficelles et à profiter de voir cette belle plante pousser. Nous avons hâte de voir les premiers cônes apparaître et ce sera l’occasion d’écrire un nouvel article avec l’avancement de chaque variété ! Nous posterons régulièrement des images de leur évolution sur Facebook et Instagram. Affaire à suivre…

Sources :

Little Bock

Notre application web pour brasseurs amateurs

Facebook