| |

Recette Pils v2

  • Lidias

    Bonsoir
    J’ai brassé une pils ce week-end, j’ai une DI de 1054 mesurée au lieu de 1047 (Beersmith) est-ce à cause de la durée d’empâtage ?
    j’observe que vous avez empâté à 66° pendant 45min, moi 75min sans mash out – serait-ce l’explication ?

    • Bonjour,
      Nous aussi nous avons eu une DI plus élevée que celle annoncée par Beersmith. Plusieurs facteurs sont pris en compte lors du calcul de la densité initiale. Comme par exemple l’efficacité de l’empâtage, la méthode de rinçage, l’évaporation lors de l’ébullition. Il est nécessaire de bien configurer son logiciel de brassage afin d’avoir des estimations plus justes. Généralement ça se fait au fur et à mesure, quand on connait mieux son équipement. À mon sens, le temps du palier de saccharification est indicatif, il n’est pas toujours fixe. Le pH de la maïsche a un effet sur l’action des enzymes, s’il est correctement ajusté le temps de saccharification peut être alors plus court. Le mieux est de faire un test à la teinture d’iode pour vérifier qu’il ne reste plus d’amidon.

  • Lidias

    Michael, est-ce que tu transfères à mi fermentation ? je ne connais pas la M84, j’utilise la S23, elle est à 11° actuellement
    je suis en cuve inox

    • Au début oui nous transférions à mi fermentation, puis nous avons arrêté. Nous n’avons pas constaté de changement particulier. D’après ce que j’ai pu lire et entendre ce n’est pas forcément utile car les levures de nos jours sont bonnes (peu de risque de faux goûts liés au dépôt) et ça augmente les risques de contaminations (la couche de CO2 qui protège la bière de l’air est retirée et la bière est en contact avec de nouveaux éléments).
      En un mois de fermentation (voir même un peu plus), je ne pense pas que les levures sédimentées posent problème. Après ce n’est que mon avis, ce que j’ai pu constater et je n’ai pas de certitudes sur la meilleure façon de faire.
      Et toi, tu as l’habitude de transférer ?

      • Lidias

        Jusque là oui je transférais pour des brassins de 20 litres en seaux plastiques (j’aime les bières limpides).
        Maintenant je me pose la question car je vient de passer à 40l dans des fermenteurs inox (non cylindro-conique). Ma pils du moment fermente depuis bientôt 10 jours, je suis pas sûr de transférer car comme toi, j’ai appris que les levures avaient bien évolué et qu’un transfert n’était plus forcément nécessaire. Et puis ça évite les contaminations comme tu dis 😉

  • Brico

    Sympas la recette mais pourquoi faire un palier à 50 alors qu’il n’y a pas de céréales…blé ?

    • Le palier protéinique est fait pour éclaircir la bière, les protéines seront transformées en molécules plus simples. Il est plus efficace quand la recette contient des céréales riches en protéines (logique), comme du blé par exemple, mais pas que. L’orge non malté, les flocons ou encore le malt à 6 rangs peuvent être sujets à ce palier. Effectivement notre recette ne contient pas de céréales riches en protéines, nous l’avons fait en espérant avoir une bière plus claire, ça ne nous coûtait pas grand chose et on ne cherchait pas à avoir une bonne tenue de mousse avec ce style. À refaire, je pense qu’on supprimerait ce palier. Il serait intéressant de faire une expérience pour vérifier l’efficacité de ce palier.

      • Brico

        Merci pour la réponse, j’ai brasser une pils en monopalier impeccable.

        Pour l’eau d’Auvergne sa commence par un v ?

        • C’était une eau de marque distributeur (Carrefour), qui était plutôt douce. Si je ne me trompe pas, les eaux de cette région sont douces et ont un bon profil pour brasser des Pils.

Little Bock

Notre application web pour brasseurs amateurs

Facebook